Maux de Dettes

C’est grave, docteur?

En France, on s’inquiete de la disparition inexpliquee de sangliers dans la baie de Saint-Brieuc. Aux Etats-Unis on suit, dans l’incredulite la plus totale, les negociations steriles autour du relevement de la dette en se demandant si la fin du monde annoncee va nous conduire a un scenario a la Mad Max, ou si les singes vont prendre le pouvoir (non, ils ne l’ont pas deja) et nous renvoyer a nos champs de mais comme ils l’ont fait dans La Planete des Singes. On avait pourtant ete prevenus.

Contrairement a ce que des termes comme « Armadebton » semblent vouloir indiquer dans la presse americaine, on n’en est pas encore tout a fait au bord de l’aneantissement de l’espece humaine. Il est clair cependant qu’un echec des negociations sur le niveau d’endettement du pays, conjugue a un declassement des Etats-Unis par les agences de notations, aurait des consequences « tres, tres, tres graves » – ce qu’a confirme Mme Lagarde. Et si Cricri le dit…

Au fait, quel est le probleme?

A l’origine, le probleme n’en est pas un. Les US ont simplement besoin d’augmenter un fois encore leur montant maximal d’endettement pour pouvoir continuer a honorer leurs factures (et envoyer leur cheques aux soldats, fonctionnaires, retraites, malades, veterans, etc.). No big deal: ledit montant a deja ete modifie 172 fois dans le passe – une pratique courante, en somme, qui ne requiert typiquement que l’approbation d’une petite proposition de loi de deux lignes par le Congres. Reagan y a eu recours 17 fois, Bush Premier cinq fois, Clinton quatre fois, Bush Dernier sept fois. Obama? Hors de question. Les Republicains le detestent passionnement – voire, dans le cas present, a la folie – et preferent donc saborder le pays, ou en tous cas en courir le risque, plutot que d’acceder a sa demande.

Pourquoi?

Parce qu’ils le peuvent. Les Republicons sont, depuis novembre dernier, majoritaires a la Chambre des Representants, etape numero un de tout projet de loi. Comme c’est generalement le cas en France*, une fois signe par la chambre basse (l’Assemblee dans l’Hexagone, la Chambre des Representants ici – House of Representatives), le projet de loi passe ensuite au Senat, puis, une fois enterine par ce dernier, est presente au President qui le transforme, d’un coup de stylo magique, en loi. Plutot que de proposer a leurs collegues Representants un montant qui leur semble acceptable, les Republicons profitent donc de leur statut majoritaire pour poser tout un tas de conditions abracadabrantes sans lesquelles, nous disent-ils, ils n’autoriseront pas un relevement de la dette. Relever le plafond de la dette, oui, mais a condition, notamment, de diminuer la taille et les depenses du gouvernement (gouvernement = communisme!), reduire les systemes de Securite Sociale et Medicare en peau de chagrin (comme s’ils ne l’etaient pas deja) et bien sur maintenir les reductions d’impot accordees aux grosses fortunes il y a 10 ans par Bush Dernier (dont ils beneficient eux-memes pour la plupart, ainsi que ceux qui financent leurs campagnes). Huit Americains sur dix sont opposes a ces mesures – et alors?

En language courant, ca donnerait une conversation du type: « Tres bien cherie, je veux bien co-signer un cheque pour que que nous payions la facture EDF a temps et evitions l’huissier, a condition qu’on se debarrasse de ta mere, qui nous coute vraiment trop cher, et qu’on abandonne les enfants et le chien sur le bord de la route, parce qu’ils ne sont pas tres productifs et les temps sont durs, tu comprends? Ah, et je veux continuer de garder 500 euros par mois pour mes depenses personnelles. Depeche-toi la Poste ferme a 17h!!! »

Les Democrates, ainsi que le President, democrate lui aussi, rejettent forcement les conditions posees par leurs opposants – qui du coup s’exclament, en prenant l’opinion publique a temoin, qu’ils essaient de faire avancer le Schmilblick, mais que, vraiment, les Democrates ne sont pas du-tout-du-tout cooperatifs et que le pays court a la catastrophe a cause d’eux. Grandiose.

AAA, un peu comme pour l’andouillette?

C’est alors qu’entrent en scene les agences de notation – Moody’s, S&P, et Fitch – et c’est la ou la situation devient critique. Les agences de notation donnent des notes – jusque la je suis encore a peu pres. Elles donnent des notes aux institutions financieres, aux societes, aux pays, etc. pour indiquer leur niveau de solvabilite – ou, en d’autres termes, le niveau du risque encouru par ceux qui decident de leur preter de l’argent. Si vous avez une bonne note, disons AAA, on peut vous preter de l’argent facilement, et vous beneficiez de taux d’interet avantageux. Si votre note descend, en revanche, danger – on vous fait moins confiance, les taux d’interet sur vos emprunts augmentent, et du coup vos dettes vous coutent de plus en plus cher. Dans des cas extremes ca peut donner la Grece.

Les Etats-Unis beneficient depuis que le systeme existe de la meilleure note possible, le fameux Triple A, ce qui place le pays juste derriere une excellente andouillette de Troye. Peut-etre plus pour tres longtemps: les agences de notation ont effet annonce qu’elles envisageaient de retrograder les US pour plusieurs raisons: d’une part parce que l’echeance du 2 aout, date a laquelle le pays ne peut plus payer ses factures si la dette n’a pas ete relevee, approche a grand pas; et d’autre part parce qu’elles estiment que les organes gouvernants du pays ne fonctionnent plus normalement – faisant reference bien entendu a la guerre des nerfs et au chantage actuellement en cours entre les Representants, Senateurs, et le President. En bref, les agences de notations ne croient plus en la capacite du pays a se gouverner de maniere responsable. Gloups.

Si la note des Etats-Unis descend, la dette augmente considerablement, parce que les taux d’interet en general augmentent considerablement. Et ce qui est vrai pour le pays l’est aussi pour le public. Vous aviez un peu de mal a rembourser les $200.000 qu’il vous reste a payer sur votre maison? Dommage, vous devez maintenant… $240.000! Un instant – on me dit que votre emprunt vient de passer a $245.000. $246.000, pardon. Oui, meme chose pour le credit voiture. Les etudes des enfants a $20.000 par semestre en moyenne? Idem. Pas genial pour aider une economie a sortir d’une longue periode de recession.

Pour se detendre…

Combien de trillions y a-t-il dans un gazillion? Voici quelques chiffres qui, a ce stade, sont presque amusants.

Montant actuel de la dette: 14,29 trillions de dollars – un trillion valant mille billion, et un billion mille millions. Donc les Etats-Unis doivent aujourd’hui…
14.290.000.000.000 dollars si mon compte de zeros est exact. Ca fait combien, en anciens francs?

Pour visualiser en especes ce que representent ces sommes astronomiques, je vous conseille de jeter un oeil a ce site. Et encore, en bas de page, le schema represente un seul trillion. Pas 14.

Rallonge necessaire? 2,4 trillions pour tenir jusqu’a novembre 2012 (prochaines elections) – entre 4 et 9 trillions pour tenir a plus long terme pendant qu’on assainit les finances de l’etat.

Montant total des cheques dus par le pays des le 3 aout – pour cette journee seulement – lendemain de l’echeance? 23 milliards.

Indemnite chomage hebdomadaire que je ne toucherai plus si tous ces guignols continuent leur petit jeu? 409 dollars.

Affaire a suivre.

_____________________________________________________________
*Si vous etes, vous aussi, passionnes par les exceptions au processus classique et voulez en savoir plus, contactez Arnaud sur Facebook qui vous expliquera tout.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s